Ne jetez plus vos cigarettes, MéGO ! recycler les

À la tête de Shime, une société de conseil aux entreprises basée au Luxembourg, Stéphane Herard a eu envie de faire quelque chose pour l’environnement. En découvrant MéGO !, une filiale de recyclage de mégots située en Bretagne, il a importé le concept au Luxembourg, en Belgique et en Moselle. Et ça cartonne.

« Par minute, ce sont 8 millions de cigarettes qui sont allumées dans le monde. Les deux tiers finissent dans la nature. C’est la première source de pollution de l’eau. » Les chiffres parlent d’eux-mêmes et ont fait réagir Stéphane Herard, à la tête de Shime, une société de conseil en entreprises basée au Luxembourg. « Je suis coureur et régulièrement, je prenais un sac lors de mes sorties pour ramasser les détritus. Parmi ceux collectés, se trouvaient beaucoup de cigarettes. » En tombant sur un article, il a voulu en savoir plus sur MéGO !. «Le concept a été élaboré par Bastien Lucas en Bretagne. Il a créé la première filiale de recyclage de mégots en Europe. »

En janvier 2019, Stéphane, habitant de Calembourg à Laumesfeld, s’est lancé à son tour. « Il a fallu obtenir les autorisations et trouver les partenaires. » Auchan, l’aéroport du Luxembourg, l’Hôtel Ibis, les villes de Bettembourg et de Schifflange ont été séduits par la démarche écologique innovante.

Transformés en mobilier urbain

« Les mégots, c’est un vrai fléau. De plus en plus de personnes en prennent conscience. Par ailleurs, une directive européenne est à l’étude concernant le traitement des plastiques à usage unique. Saviez-vous qu’il y a du plastique dans les filtres des cigarettes ? » Depuis, Stéphane et ses collègues se chargent de mettre à disposition des cendriers. « Notre ambition ? Récupérer une tonne de mégots par an. Puis tout est acheminé jusqu’en Bretagne. Les mégots sont traités, nettoyés avec de l’eau donc dépollués et transformés en mobilier urbain, comme des tables et des bancs. » Régulièrement, Stéphane participe à des événements et fait de la sensibilisation. « On était présent lors de l’Open de tennis de Moselle, on avait installé des cendriers. On travaille avec l’espace de loisirs Saint-Ju à Metz ainsi que l’entreprise Viessmann de Faulquemont. Le 13 avril prochain, on participera au Fox-trail à Bouzonville. Le club a une démarche écologique et avec le président, on a eu envie d’aller plus loin. »

Bientôt une filiale près de Sierck

Prochaine étape pour Stéphane : ouvrir une filiale en France, chez lui à Calembourg, et s’étendre dans tout le Grand Est. « La demande explose. On s’est déjà rapproché de la commune d’Aumetz et de Thionville. On peut aussi envisager d’être présents lors de festivals. » Dans son plan de communication, il a mis le paquet : « On met en avant la sécurité en rappelant que les mégots peuvent déclencher des incendies. Il est aussi question de propreté dans les rues et les jardins. Il faut quinze ans pour qu’un mégot disparaisse. Quant aux entreprises, elles veulent valoriser leur image de marque en mettant en œuvre une démarche écologique. En organisant des rallyes nature… Les mentalités évoluent. » Et MéGo ! a de l’avenir, surtout lorsque l’on sait qu’au Luxembourg, 3 milliards de cigarettes ont été vendues en 2018. Le marché n’est pas près de partir en fumée.

Pour contacter Stéphane Herard : mego@shime.lu

Laisser un commentaire